Le Burkina Faso se dote d’une Stratégie Nationale de Restauration, Conservation et Récupération des Sols, à l’horizon 2024


La dégradation accélérée des ressources naturelles, notamment la ressource productive "terre" constitue une problématique quotidienne à résoudre pour le Burkina Faso. La pression anthropique conjuguée aux effets néfastes des changements climatiques sur cette ressource compromettent fortement la productivité et les productions agro-sylvo-pastorales. Depuis plusieurs décennies, des actions multiformes engagées par différents acteurs pour restaurer, conserver et récupérer le potentiel productif des terres agricoles sont menées. Cependant, le phénomène perdure et cette persistance pourrait s’expliquer par (i) la faiblesse générale des financements dans le domaine ; (ii) l’insuffisance de synergie dans les actions due à la faiblesse de la concertation entre les acteurs ; (iii) l’absence d’orientation et de coordination des actions du domaine de la part de l’Etat ; (iv) l’inadéquation de certaines approches ; (v) la faible maîtrise des techniques et technologies utilisées ; etc.

Face à cette situation, les défis majeurs qui se présentent sont entre autres (i) le renforcement du cadre institutionnel, organisationnel et juridique ; (ii) la mobilisation davantage de financements aussi bien de l’Etat que de ses partenaires ; (iii) le développement des approches spécifiques dans les zones (régions) à fort potentiel de ressources naturelles où la prise de conscience demeure faible ; (iv) le renforcement de la maitrise et l’adoption des techniques et technologies de CES/DRS par les acteurs et les producteurs (trices) ; (v) la prise en compte des actions de CES/DRS dans les Plans Locaux de Développement (PLD) des collectivités territoriales ; (vi) l’accroissement du niveau de maîtrise des technologies de CES/DRS par les agents d’appui-conseil et par les producteurs (trices), (vii) l’harmonisation des interventions ; (viii) le renforcement de la recherche-action dans le domaine de la CES/DRS.

Pour relever ces défis, le Ministère en charge de l’agriculture avec l’appui des partenaires au développement a entrepris depuis 2014, le processus d’élaboration de la Stratégie Nationale de Restauration, Conservation et Récupération des Sols (SNRCRS). Le processus d’élaboration de cette stratégie a pris fin avec son adoption par le Gouvernement en 2019. Elle tire ses fondements d’un ensemble de référentiels développés aux niveaux international et national.

A l’horizon 2024, la vision de la SNRCRS est que « Les sols du Burkina Faso retrouvent leurs pleines capacités productives et permettent de pratiquer une agriculture moderne, durable et résiliente »
L’objectif global de la SNRCRS est de réduire/inverser la tendance de la dégradation des sols en vue d’augmenter durablement la production agricole.
Pour atteindre ses résultats, la SNRCRS est bâtie autour de quatre (04) axes stratégiques qui sont : (i) pilotage et soutien aux actions de CES/DRS, (ii) renforcement des capacités des acteurs d’appui-conseil et des producteurs (trices), (iii) appui aux actions de recherche-développement et promotion de techniques culturales innovantes dans le domaine de la CES/DRS et (iv) intégration des actions et mise à l’échelle des techniques de CES/DRS éprouvées et adaptées.
Le financement de la SNRCRS est assuré par l’Etat burkinabè, les partenaires au développement, les collectivités territoriales, la société civile, les associations de développement, les fondations internationales, les réseaux d’ONG, les bénéficiaires, etc.
En ce qui concerne le dispositif d’orientation, il est constitué d’un Comité national de pilotage et d’un Secrétariat technique logé au sein du programme budgétaire 075 "Aménagements Hydro-agricoles et irrigation". La mise en oeuvre quant à elle, s’appuiera sur un plan d’actions triennal glissant.

Afin de permettre une bonne opérationnalisation de la stratégie, un certain nombre de principes directeurs sont à observer. Ce sont : l’anticipation, la responsabilité, le développement durable, la gestion axée sur les résultats, la bonne gouvernance, la prise en compte du genre et l’équité, le renforcement du partenariat, la cohérence, la priorisation des actions et l’appropriation nationale.

La version définitive du document de la SNRCRS et de son Plan d’actions, sont téléchargeables ci-dessous. ou par le lien https://bit.ly/39w00Be

Documents joints

Commentaires