Plan stratégique de développement : la Chambre Nationale d’Agriculture adopte un nouveau référentiel de développement à l’horizon 2025


Réunis en atelier ce mercredi 30 décembre 2020 à Ouagadougou, l’ensemble des élus consulaires, des agents des Secrétariats exécutifs des Chambres d’Agriculture, des représentants des organisations faîtières, des services centraux des ministères du développement rural et des projets et programmes, ont procédé à l’examen et à la validation du PSD de la CNA.

C’est dans le but de mieux orienter ses interventions dans les domaines Agro-sylvo-pastoral halieutique et faunique (ASPHF) que la CNA a élaboré le PSD. Ce document qui se décline en trois (3) axes principaux est d’une importance capitale, car sa mise en œuvre contribuera à la professionnalisation des exploitants ASPHF. Il permettra également d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso.

Le Président de la CNA, Moussa Koné dans son mot de bienvenu, a remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui ont soutenu l’élaboration du PSD depuis la phase de diagnostic jusqu’à sa validation. Le Secrétaire Général du Ministère en charge de l’Agriculture Dr Lamourdia THIOMBIANO, président de l’atelier, a rappelé l’importance du rôle que joue le secteur rural dans le développement économique, social et environnemental du Burkina Faso. Alors, il est selon lui, plus que nécessaire, que la CNA soit une institution forte et un partenaire privilégié d’accompagnement des acteurs du développement rural.

A l’issu de la présentation du document du PSD et de son plan d’actions triennal, les participants ont félicité la CNA pour ce nouveau référentiel d’intervention. Ils ont par la même occasion, fait des propositions d’amendements pour l’amélioration de la qualité de ces documents. Ils ont enfin formulé des recommandations pour faciliter leur mise en œuvre : (i) mettre en œuvre une stratégie de mobilisation des ressources financières déclinée ; (ii) privilégier une concertation et une approche participative et inclusive prenant en compte non seulement les acteurs directs (les producteurs et leurs organisations faîtières), mais aussi les structures d’appui technique et financier au monde rural, etc.

Après la validation du PSD assortie d’un plan d’actions triennal, place sera faite à son opérationnalisation à travers des activités planifiées.

Documents joints

Commentaires