Le warrantage, un nouveau business des petits producteurs



Le warrantage constitue un essor des petits producteurs pour la relance de la sécurité alimentaire : l’activité du warrantage est depuis un certain temps pratiquée par les producteurs dans la sous-région et particulièrement au Burkina Faso. Elle met en présence trois éléments qui sont :

  • l’organisation de producteurs agricoles, qui mobilise les quantités de produits à stocker à travers ses membres adhérents,
  • l’institution de micro-finance, chargé d’octroyer le crédit correspondant à 80% de la valeur du stock réalisé en produits agricoles ;
  • l’existence d’un magasin approprié servant au stockage des produits.
    Le warrantage a ainsi l’avantage d’éviter le bradage des produits agricoles après les récoltes, et facilite l’accès des producteurs à un financement pour la conduite des activités génératrices de revenus pendant la saison sèche.
    Au bout de 4 à 6 mois, les produits agricoles déstockés, sont destinés soit à l’auto-consommation, soit à la vente à un prix rémunérateur.
    Il ressort ainsi, un double bénéfice quant à la conduite de l’activité du warrantage : (i) le bénéfice tiré des activités génératrices de revenus qui devraient permettre le remboursement du crédit contracté et, (ii) le bénéfice issu de l’usage fait des produits agricoles déstockés (auto-consommation et/ou vente). Partant de ce résultat, le warrantage se positionne ainsi comme une des mesures innovantes de diversification des pratiques des producteurs pour s’adapter aux aléas causés par les changements climatiques.
    Le document ci-joint constitue un guide méthodologique destiné aux acteurs qui désirent se lancer dans l’activité de warrantage. Il est également joint le résumé d’une étude sur le warrantage au Niger dont le document complet est publié sur le site web du Réseau des Chambres d’Agriculture (RECA).
    Il est également disponible en ligne le document sur le site web d’Afrique verte.
Documents joints

NOS PARTENAIRES